"BEEERK, J'aime Pas Ça !" Ou Comment Résoudre Les Soucis De Nourriture Chez Nos Enfants.

Dernière mise à jour : 15 déc. 2021

"Ma fille ne mange rien, mon fils mange des pâtes et des pizzas, je fais quoi?!"

Pour de nombreux parents l'heure du repas et synonyme d'angoisse... En effet, de nombreux enfants font des crises, refusent systématiquement la nourriture proposée et cela nuit même à la dynamique familiale.

Dans cet article, je vous propose de prendre du recul et d'essayer des solutions concrètes afin de changer l'ambiance autour des repas.





1. Notre propre relation à la nourriture

Pour prendre du recul sur le sujet des soucis alimentaires de nos enfants, un petit tour vers nous-mêmes s'impose. En effet, avez-vous déjà pris le temps de vous rappeler la relation que vous aviez avec la nourriture lorsque vous étiez enfant ou encore maintenant que vous êtes adulte?


Parfois, de façon inconsciente, nous pouvons transmettre à nos enfants notre rapport compliqué avec la nourriture (grosses quantités, refuge dans le sucré, aucun appétit...).

A mon sens il est indispensable de dissocier notre histoire personnelle avec la nourriture de celle de nos enfants, ainsi, ils pourront repartir sur une base vierge de notre empreinte.

Afin de faire table rase face à nos propres habitudes alimentaires, essayons de ne pas donner notre sentiment, mais passer par un choix plus varié ou encore mieux, imaginer que notre enfants... est celui de la voisine! Est-ce que nous viendrait à l'idée d'insister lourdement si ce dernier ne termine pas son assiette? Non, on lui proposerait autre chose, de façon détendue!

Entraînez-vous, cela vous sera de plus en plus facile!


2. Pour que les enfants mangent : pas de rapport de force!

Il y a plusieurs façons de forcer un enfant à manger, cela ne signifie pas nécessairement de l'inciter fortement à manger en aliment qu'il refuse, en le lui répétant.

Lorsqu'on menace de le punir ou qu'on le punit simplement, on crée des tensions au moment des repas. Mais, répétées, celles-ci vont non seulement venir parasiter le rapport entre l'enfant et son assiette mais aussi entre parent et enfant.

Dans tous les cas de figure, la punition ne résout aucun conflit, elle met fin à une situation qu'on ne maîtrise pas par le rapport de force.


De même, lorsque nous sommes trop insistants, nous transmettons inconsciemment à notre enfant qu'il y a un souci à ce niveau-là. A l'inverse, si nous passons à autre chose, faisons diversion, prenons les choses à la légère voire avec humour, tout passe!

Le moment du repas est aussi une formidable occasion de rendre nos enfants autonomes!

en lui confiant une ou plusieurs taches à table, il se sent impliqué et il est moins enclin à se concentrer sur la soupe qu'il n'aime pas. L'autonomie permet à l'enfant de se sentir acteur de sa petite vie et il a l'impression d'avoir une marche de manœuvre.

Se servir seul, servir les autres, mettre la table, préparer, débarrasser, sont autant de possibilités à essayer dès 2 ans!

Un enfant autonome est plus apte à se connaître, à savoir ce qui est bon pour lui et même à vous proposer une alternative à l'aliment qu'il n'aime pas trop.